Hey Studio

Basé à Barcelone, Hey est un studio graphique spécialisé dans la gestion des marques, d’identités visuelles. Selon moi, la spécificité de Hey est dans ses créations éditoriales et ses posters typographiques. Exemple dans les quelques designs ci-dessous :

hey-observatori

hey-poster

hey-fluor

Pour en voir plus sur leur projets, n’hésitez-pas à consulter leur site internet, la galerie Flickr ou même leur Twitter : @heystudio

Kitsuné Noir

kn-mixcast-16-cover

À l’heure où la musique est partout, tout le temps, c’est avec délectation de sortir des sentiers battus de ses playlists perso et de suivre les recommendations. Cette semaine, l’intelligente sélection de Kitsuné Noir, avec un Mixcast de 38 minutes :

  1. Montag — Softness I Forgot Your Name
  2. Animal Collective — Graze
  3. The Silent League — Resignation Studies
  4. Megafaun — Kaufman’s Ballad
  5. Venice is Sinking — Okay
  6. Bowerbirds — Teeth
  7. Akron/Family — Total Destruction
  8. The Cave Singers — Hen of the Woods
  9. Jens Carelius — Into The Fog
  10. Mount Eerie — Lost Wisdom
  11. Horse Stories — To Anyone
  12. Atlas Sound — Criminals (Electronic)

Pour télécharger, c’est via le site de téléchargement Mediafire. Kitsuné noir est également un blog d’inspiration que je recommande, à suivre via Twitter @kitsunenoir !

Jez Burrows

Les travaux d’illustrations de Jez Burrows bien sympathiques sur son nouveau portfolio, avec une petite sélection ci-dessous. Ses créations se situent parfois même à la limite de l’infographie, et ont déjà trouvé satisfaction chez Monocle ou le New York Times Magazine.

ts-cf1

friction

pt2

À suivre avec attention via son Twitter. Vous y découvrirez sa passion pour les forets et la ville d’Écosse où il réside actuellement, Edinburgh.

MPY

Coup de coeur pour les travaux de Michael Paul Young, artiste polymorphe, entre designer, photographe, designer vidéo, voire architecte. Ses implications dans le monde du web sont juste trop nombreuses pour les énumérer ici : Fondateur de Vir2l studios (souvent copié mais jamais égalé), YouWorkForThem, et d’autres innombrables chefs d’oeuvres pour des clients de plus en plus importants comme Diesel, Nokia ou l’artiste U2.

Michael Paul Young

Michael Paul Young

Maintenant basé en Thaïlande, il met à jour son portfolio qui, lui aussi, est une pure réussite.

michael-paul-young

Le Blogzine

the-death-of-the-blog-postJe reprends, traduit (en raccourcissant parfois, je l’admets) et présente la vision synthétique de Paddy Donnelly, qui présente, sur l’incontournable Smashing magazine, 3 designers web qui tentent de sortir de la masse de blogs, en créant des blogs avec des posts au design unique, avec le concept de Blogazine, que je traduirais volontiers en ‘Blogzine’, contraction de blog et de magazine.

L’un des billets les plus importants de l’année : The Death of the Boring blog post ?

C’est une grosse claque ! Le billet original est en lui-même d’une élégance et d’efficacité incroyables, certains designers parlent déjà en commentaire du billet de l’année 2009. Je ne peux pas m’empêcher d’imaginer ce concept appliqué pour un média au contenu froid, voire même chaud ! Bon, on en reparlera certainement.

Soyons honnêtes, les billets classiques sont ennuyeux.

Hormis le texte et les images, chaque billet a généralement la même apparence. On constate peu d’originalité d’un billet à l’autre. Bien évidemment, la cohérence et l’identité d’une marque sont des aspects essentiels lorsque l’on conçoit le design visuel d’un site ou d’un blog. Mais que dire de son individualité ? Est ce si logique de penser qu’un billet consacré aux chatons devrait respecter la même charte graphique que celui consacré aux Hacks CSS ?

Trop facile ?

L’utilisation et d’installation d’un thème WordPress sont devenues si aisées, si intuitives, qu’il ne suffit que de quelques minutes pour donner vie à un site. Est-ce devenu justement trop facile ? Surtout si l’on compare cette facilité avec les heures d’efforts qu’un maquettiste print va mettre afin de créer une mise en page intelligente. Quelques designers ont décidé de rompre la monotonie du monde du blog.

Ils n’utilisent pas les thèmes standard de WordPress ou tenter de les remixer, histoire de rendre leur vie plus facile. Au lieu de cela, ils se sont donné pour objectif de créer du contenu, non seulement textuel, mais visuel, pour chaque billet. C’est peut être la nouvelle manière de s’amuser en mettant à jour son blog. Mais pourquoi cette tendance de combiner un billet avec un article de magazine, le « Blogazine », n’a pas encore totalement conquis les masses de blogueurs ?

Une tendance encore bien discrète

Employer le mot « tendance » fait déjà trembler nombre de designers, qui ont déjà entendu parler de ce terme lorsque les boutons glossy, avec des reflets et des ombres portées ont fait leur apparition. Mais la tendance du Blogzine pourrait se présenter autrement, pour plusieurs raisons. Concevoir une mise en page créative pour chaque billet, en fonction de son contenu, demande un certain nombre de compétences, de la patience, une certain engagement vis à vis du contenu, et, le plus important, un effort certain de la part du designer web !

Les Pionniers

Jason Santa MariaJason Santa Maria est l’une des personnes ayant porté l’innovation de ce type de blogs et qui a crée des billet aux designs individuels depuis juin 2008. Avec un background en print, Jason a eu la vision de créer un blog dans le style d’un magazine, plutôt que de suivre les règles établies dans le design de blog.

« Oui, c’est une sorte de redesign, je considère que c’est surtout une manière de repenser le site » ~ Jason Santa Maria

Les billets de Jason sont fascinants et couvrent une large gamme de sujets, comme le design, la typographie, les livres, la photographie et le cinéma. Les différences dans le design visuels sont parfois de subtils changements dans la typographie employée, mais qui donne, pour chaque message, un sens unique et qui n’aurait jamais pu apparaitre s’il avait été uniformisé avec le reste des billets. Parfois, les changements apportés sont radicaux, tous se rapportent au style de Jason. Le header et le footer sont eux homogènes, mais même sans les voir, vous pouvez deviner que le billet provient de son blog.

« Nous avons vu tant d’avancées dans la manière de publier du contenu, que nous avons pas pris le temps de regarder en arrière pour observer ce que nous créions réellement. Beaucoup de designers ont vu des barrières fortes entre le design print et web, et j’ai vraiment souhaité remettre en question cette séparation. » ~ Jason Santa Maria

dustin1Dustin Curtis. Son initiative est devenu connue, suite à l’un de ses billets, une lettre ouverte sur le redesign du site d’American Airlines, dans laquelle il proposait un redesign en profondeur du site internet, ainsi que de repenser l’expérience utilisateur. Les autres articles de Dustin, sur son blog, sont tout aussi fascinants.

Grégory Wood est un webdesigner chez Erskine Design et a crée son site comme une expérimentation en DA. En se retenant d’utiliser un thème existant, Greg a crée un site magnifiquement réalisé, utilisant des thèmes personnalisés pour chaque billet. Voir sa page d’explication de son blog.

Est ce que le web en temps réel à provoqué l’émergence du blogzine ?

Twitter, Posterous, Flickr, Facebook, l’iPhone et les innombrables actress services ont permis de créer un gouffre entre l’information instantanée et atomistique d’un billet élaboré et sophistiqué. (Micropost Vs. Macropost).

Le bon moment pour les macro-billets de briller

Les billets longs avec du contenu à valeur ajoutée ne pourront pas obtenir la reconnaissance qu’ils méritent, parceque les 140 signes que le microblogging ont habitué une lecture rapide d’un billet. En utilisant la technique du blogzine, il est possible de créer l’attention pour lire davantage.

greg_work

Relier les deux mondes

Nous ne savons pas encore sur l’avenir du blog, mais le micro-blogging va encore l’influencer. Les blogzines devront offrir des appels de lecture courts et proposer une lecture progressive d’articles de journaux et de magazines. On pourrait ainsi créer un pot entre l’article traditionnel et la photo TwitPic.

Pour quels types de sites le format blogzine pourrait-il fonctionner ?

  • Les portfolios : Plutot que de créer un portfolio uniforme, pourquoi ne pas créer un portfolio qui présenterait chaque collaboration au sein d’un habillage différent pour chaque client, projet ?
  • E-Commerce : La plupart des sites de commerce en ligne utilise le meme système de présentation : vignette en grille, page de description, paiement. Ce système a l’avantage d’être bon pour l’usabilité, mais il y a un petit vide à combler entre la lecture rapide et le design visuel. Peut être que de subtils changements dans l’habillage pourraient créer la différence et rendre le site plus distinguable ?
  • Les blogs ‘peu bavards’ : Les bloggeurs manquent parfois de motivation pour maintenir leur site à jour. Pourtant, sept articles publiés sans conviction ne valent pas un billet bien conçu et avec un design unique. Et même si les lecteurs RSS ne vont pas toujours exploiter vos design, vos articles auront la possibilité de faire ressortir votre billet parmi la jungle des autres blogs.

Regardons ce que Jason, Dustin et Greg ont réalisé : Ils ne blogguent pas souvent, parfois qu’une fois par semaine, ou par mois. Mais la qualité de leur billet est toujours ce qui en ressort.

Real Time web

Le web en temps réel est le grand sujet à la mode en cette fin d’année, avec deux conférences, celle ayant lieu actuellement aux US (Tech Crunch Real Time), et bientôt pour la conference le Web à Paris, à laquelle je suis invité. Les 1800 participants (!), utilisateurs experts, bloggeurs et professionnels du secteurs tentent de qualifier la tendance existante depuis un certain nombre d’années. Le thème de cette année consacre le real-time web. Pour vous donner envie d’y venir, il faudrait déjà savoir de quoi on parle.

C’est quoi le real-time web ?

L’information en temps réel. En fait, pour l’instant seul compte votre identité, l’heure. Avec l’avènement des puces GPS un peu partout, ainsi qu’à la triangulation des antennes pour réseaux mobiles, on en vient de plus en plus à géolocaliser cette information.

Comment en sommes-nous arrivés au real-time web ?

Depuis la fin des années 90, les status sur Msn Messenger permettaient de décrire si vous étiez occupés, de sortie, ou tout simplement… déconnectés. Désormais, nombre d’acteurs se déchirent pour obtenir vos dernières occupations (Facebook, Twitter etc.). La finalité est de connaitre le moindre de vos activités.

Tant d’utilisateurs que ça ?

250 millions d’utilisateurs de Facebook, la question ne se pose plus. Pour l’instant, la vaste majorité des utilisateurs restent relativement discrets, prudents et « timides » quant à tout raconter. Mais rassurons-nous, les marques et les services nous « aident », « incitent » à en faire un usage plus fréquent. La solution ? Transformer cette activité en plaisir, favoriser les automatismes et les liens entre les différents services : Last.fm enregistre automatiquement les chansons que vous écoutez le plus souvent, Twitter incite ses utilisateurs à retweeter ses contacts, rassemble les listes, Youtube et Facebook sont liés par le système Autoshare.

La fin des blogs ?

Une mutation est en cours, les blogs ne peuvent aujourd’hui se contenter de partager des liens ou des trouvailles ’embeddables’, puis de proposer aux lecteurs de commenter. Car l’essentiel de la valeur ajoutée que les blogs ont construit, la conversation, se trouve désormais sur les réseaux sociaux. La mutation s’opère sur une réintégration de la conversation issue des Tweets sur les blogs, et vers une variété de blogs appelés ‘blogazines’, contraction de ‘blog’ et ‘magazine’, qui se caractérise par des posts moins fréquents mais plus conséquents et visuellement plus attrayants.

La fin du moteur de recherche ?

Pas tout à fait. Google s’adapte également, proposant d’inserer les résultats des microblogs sur les résultats google.

Romain Albertini

Presentation d’un graphiste dont j’aime le style libéré, expérimentant de nouveaux alphabets à partir de formes brutes, du chiffre 7… Beaucoup d’images ci-dessous, ne parvenant à faire mon choix parmi ses travaux ci-dessous.

Romain Albertini ➜ Typoconstruktivism japonisant

Romain Albertini ➜ Business Cards

Parmi ses travaux, on retrouve une sorte de besoin quasi obsessionnel de rechercher une forme originale pour la lettre R, celle de son prénom. Cette recherche me rappelle ma propre recherche à partir de la lettre G.

J’aime le concept du site web de l’agence Les Ouvriers du Paradis.

Romain Albertini ➜ Les Ouvriers du Paradis

Et enfin pour finir, une photo à laquelle je m’identifie, j’y interprète ma très actuelle question de l’identité nationale au quotidien.

Romain Albertini ➜ Identité nationale ?

Encore beaucoup trop d’autres créations à présenter…. stop, on s’arrete ici, le reste est à voir sur le portfolio de Romain.

Eyetracking

Une étude Eye tracking sur l’E-Pub dans la presse online est sortie il y a deux jours, réalisée par Altics, montre ce que l’on savait déjà depuis un moment : les internautes ne fixent pas les publicités. Ce que montre cette étude, et qui nous intéresse au plus haut point, sont plutôt d’observer les sauts de lecture que peuvent faire les utilisateurs pendant 1 minute et 30 secondes sur les sites web de presse présentés dans l’étude, à savoir le Figaro, le Monde, Liberation, etc.

Quelques remarques qui s’appliquent pour lefigaro.fr, qui démontrent l’importance des compromis intrusivité/ergonomie :

le-figaro-eye-tracking Sur le site lefigaro.fr, la publicité 728×90 px en haut de page est moins vue que sur des sites qui la placent sous la navigation. Ce que l’étude omet de dire, c’est que l’ergonomie de la navigation s’en trouve renforcée, et que ce format est de toute façon en perte de vitesse chez les annonceurs et les régies. Le compromis de la placer en haut n’est pas finalement si mauvais que cela.

La colonne de droite (300 px de large) dont personne ne sait quoi faire regagne du terrain, grâce à une injection de contenus originaux et à un éditing strict et très rigoureux dans les gabarits du Flash actu (en haut de page), ou dans les relances de lectures visuelles. Même si le contenu, qui doit être écrit en corps plus étroit, et les visuels moins percutants que dans la colonne centrale, l’usager s’y sent à nouveau à l’aise d’y jeter un oeil, et devient moins sujet au banner blindness.

Pour les autres sites en général :

  • La mesure d’Eye-tracking s’arrête… au bout de 5-7 écrans. Sela pourrait signifier clairement que les utilisateurs ne descendent pas tous jusqu’en bas des pages, contrairement à ce que l’on pourrait imaginer.. ?
  • Les petites images placée à gauche du contenu sont tout simplememt ‘zappées’. Pire encore, comme sur le site de Libération ou de Métro, elle fragmente déjà une lecture difficile car jamais ferrée sur une quelconque grille de lecture.
  • Les utilisateurs prennent le temps de lire les titres, et un peu moins pour les chapos. Cette format de texte sous un titre prend davantage de temps à lire. Comme les titres sont d’une longueur importante, les chapos deviennent moins essentiels pour comprendre l’information dans son contexte.

Reste que l’ensemble des écrans analysés présentent quasiment tous la même posture vis-à-vis des affichages publicitaires, ce qui démontre plusieurs points et pistes d’évolution possibles :

  • Les régies publicitaires ne parviennent pas à mettre en place des offres de ciblage sur les sites d’informations en ligne. Pourtant ce genre d’offre est très répandu sur les sites sociaux/communautaires tels que Facebook. Il est clair que l’identification obligatoire des utilisateurs sur les sites d’informations serait à court terme un frein à la consultation des sites d’infos, mais il serait temps que les médias en ligne s’en emparent, car ce sont ce que la plupart des lecteurs habitués d’un même site attendent aujourd’hui.
  • La mise en page des sites d’informations elles-même font naitre une dévalorisation du contenu, alors que ces contenus sont autant relus, corrigés, parfois par une personne dédiée à la rédaction. Il est né d’une opposition entre la rapidité de publication/de mise en ligne du contenu avec sa qualité et sa profondeur. Si la mise en page du contenu n’est pas revue et optimisée, les efforts mis en place par les rédactions seront toujours invisibles pour l’utilisateur.

Disclosure : j’ai collaboré dans le design et la mise en page du site du Figaro.fr de 2006 à 2008, d’où ma prise de position (qui n’engage que moi) spécifique pour ce site.

Plastic Bionic

Je voulais vous présenter le travail de Julien, graphiste DA freelance. Pas grand chose à dire sur lui à part qu’il est nantais, mais c’est déjà beaucoup. Le reste ? juste ces quelques travaux qui m’ont séduits par leur beauté et leur style, comme ces travaux d’identité visuelles avec du Bayer dither en prime..

Plastic Bionic ➜ Bug 909 Record Shop

Plastic Bionic ➜ PltcBnc Exp

Ses thèmes de prédilection : le minimalisme, les labels de musique, les expérimentations mathématiques.

Plastic Bionic ➜ We want you

Plastic Bionic ➜ Plastic card triangle

Son portfolio Cargo vaut le détour, n’hésitez pas.