iPad et les créatifs

J’ai pu interroger quelques designers pour qu’ils me laissent leur impression sur l’iPad.

Vivid Savitri, directrice de la création chez Trigger Shanghai : « Pour nous, je pense que l’iPad nous donnera davantage d’opportunités d’étendre non seulement notre collection existante de jeux, mais aussi d’autres types d’expériences numériques : par exemple, sortir des comic animés en mode vis-à-vis est sur notre liste de priorités. » Elle nous précise les avantages intrinsèques de l’objet et ses utilisations possibles : « La dimension de l’iPad fait qu’elle sera utilisable pour jouer aux jeux de courses ou de vol. La prise en main y a l’air idéale pour ce genre d’usages. »

D’autres designers restent plus mesurés, et préfèrent attendre « quelques mois », pour découvrir les applications phares de l’iPad, comme Marc Seefelder, responsable du design et de l’innovation chez BizSphere à Shanghai. Sa passion pour la musique lui laisse déjà toutefois entrevoir « un nombre important de possibilités pour les Djs, grace aux applications de table de mixage », ou pour les amateurs de sons. l’iPad est « une sorte d’appareil de controle musical pour la maison, qui se branche sur la Hi-fi. »

Pour Christophe Bernard, webdesigner et illustrateur à Paris, la vrai revolution va d’abord venir des contraintes technologiques, « avec l’HTML 5 et css3, on va être obligé de penser encore plus en terme d’animation d’un produit. »

apple-tablet-keynote_132

Vivid nous rappelle enfin l’environnement concurrentiel dans lequel Apple se situe, et qui pourrait freiner sa vente au très large plublic ou peu habitué à la lecture longue sur écran : « Le Kindle d’Amazon est toujours aussi bon, et Apple serait en discussion avec Barnes & Noble pour fournir leur iBook Store (…) Mon seul souci c’est que l’iPad possède une surface vitrée et réflective, ce qui pourrait être assez ennuyeux pour une lecture en extérieur ou au soleil. » Inquiétude également ressentie par Christophe : « Je me demande bien quel est le confort de lecture quand même, parce que ce n’est pas un e-reader, et j’ai pas envie de lire maxi un livre pendant 1/4 d’heure avant d’essuyer mes larmes. »

à lire également :
Interview de Romain Landsberg, responsable du studio de Backelite, sur le métier de concepteur d’interfaces mobiles,
iPad Vs. Net/E-books : « Why the iPad Will Crush Netbooks and Ebook Readers »

4 réponses sur “iPad et les créatifs”

  1. Je reconnais bien là le scepticisme de mon collègue Christophe… inversement proportionnel à celui de Richard qui risque d’aller chercher ce nouveau joujou directement aux USA dans les prochains mois !!! Pour ma part, j’admire l’orchestration et l’émulation crée par Apple autour d’un simple produit… c’est là ou ce situe la véritable magie !

  2. Vous ne l’aimez pas, tant pis, vous l’aurez quand même. J’ai lu ici et là que ça ressemblait à un cadre photo numérique, et c’est effectivement ma première impression. Je pense qu’Apple commence à faire toujours un peu pareil au niveau ‘produit’ (une gamme + itérations sur les dimensions de l’engin, le concept va s’émousser), que ça pourrait être mieux techniquement (et dès la première génération), mais, voilà, ça marche quand même.

    Cherchez pas à comprendre : c’est l’interface utilisateur qui déchire.

    Et il parait que ça va sauver la presse.

  3. Apple réinvente ce qui a fait le succes de l’iPod, mais dans une optique de lecture. On va enfin pouvoir consulter de façon naturelle les nombreux PDF que l’on peut recuperer ultra facilement sur la toile. Et la presse aura vraiment intérêt a trouver un workaround si elle ne veut pas connaitre le sort du support CD. Chez Publiprint, on disait que le papier était mort, déjà en 2002.
    Quand à l’écran de l’iPad que d’aucuns trouvent, sans l’avoir deja vu, sensible aux reflets due à une surface vitrée, qu’ils n’aient crainte. L’eco-systeme des accessoiristes Apple ont deja prévu des films antiglare/anti-reflets et même des films miroirs pour les paranos.

    Je tiens à préciser que l’iPad n’est pas un simple produit. C’est avant tout une définition de soi. Les gens vont enfin pouvoir toucher le web et les emails sans avoir à s’adapter à la machine. C’est la machine qui s’adapte à nous.
    Et je recommande aussi au Richard évoqué par Adeline de ne pas courir aux USA en mai prochain (sauf si c’est pour acheter la version sans 3G) et d’attendre bien sagement les offres Data 3G+ de Orange spécifiquement dédié à l’iPad (je suis malheureusement pro Orange pour l’instant dans la mesure où ils sont les seuls à proposer à peu près de la 3G sur Paris et en petite couronne. Chez SFR, on voit souvent le téléphone passer en mode GPRS ou en réseau indisponible. Quand à Bouygues, n’en parlons même pas.

  4. Absolutly seduced… I want one, immediate order. One thing though. I have the Ipod, the Iphone, now the Ipad?… it seems like the absolute voluptuary icon. A must to any bratty journalist, writer, critic, anchorman. The access to books is still limited; but imagination stays at hand, three cheers for the brain.
    A dream, a prayor to Steve Jobs; A pad is usually a plain booklet, a piece of paper on which you take notes, you scribble what ever flickers by your imagination. It is the black board where some jotted E=MC2. It is the back room of the Joconde, the sparkle of Citizen kane’s script… And the Ipad looks nothing like this. Where is my drawing slate, where is my note book, where is my pad?… A Paddy for sake… Cheers.

    Tres seduit… j’en commande un tout de suite. Une chose seulement. APres l’ipod, l’iphone, l’ipad est l’outil absolu du consommateur jouisseur. Parfait pour n’importe quel journaliste, ecrivain, critique, commentateur. L’accès au livre reste limité; Mais l’imagination toujours accessible, vive le cerveau.
    Un rêve, une prière à Steve Jobs. Un pad normalement c’est un carnet, un brouillon où l’on prend toutes ses notes, on y gribouille ce que l’on veut. C’est le tableau noir portable où certain ont écrit E=MC2. c’est l’antichambre de la Joconde, l’étincelle du script de Citizen Kane. Et l’Ipad n’est rien de tout cela. Aucune palette graphique. Où est mon ardoise? Où est mon carnet, mon pad… un Paddy s’il vous plait.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *