Arte Webdocs

Le site d’Arte Webdocs va, je l’espère, réussir son pari. L’enjeu ne concerne pas seulement Arte. Le principal enjeu : mieux intégrer et valoriser les web-documentaires sur les sites d’informations et ainsi générer une nouvelle et importante source d’audience sur ces sites. La direction artistique est réalisée par la webagency Upian (Sebastien Brothier), la réalisation de Thibaut Lion et la gestion du projet a été confiée à Marie Chevalier. Fidèle à l’aperçu à J-10, la capture du site prise ce matin.

Arte-Webdocs-20100223

En ligne également, le web-documentaire consacré à Havana et Miami. Ici, l’interface permettant de réagir et d’ajouter de contenus. Tout en couleurs et en contrastes !

arte-webdocs-interface-com

L’idée est ‘simple’ : il s’agit d’éditorialiser et d’organiser une base de documentaires multimedias (essentiellement vidéos) avec du texte enrichi, au travers d’articles rédigés par Arte. Le tout avec une mise en avant de sélections de vidéo, de classement et de commentaires via les plateformes sociales comme Twitter.

Les codes graphiques (par Karim Moreau et Eric Drier de Upian) reprennent un player vidéo géant (avec une large format pour le webdoc du moment), suivi d’un déroulé d’articles plus classiques. Il y a encore quelques petits détails qui me chiffonnent (petit jeu : parviendrez-vous à trouver l’annonce du webdoc « Gaza-Sderot » ?), mais dans l’ensemble je ne cacherai pas que c’est une belle réussite et que les gros écueils ont été évités.

Quelques particularités et mes ‘bons points’ au niveau des web-feuilletons :

  • Chaque web-documentaire dispose d’une élégante interface de consultation/navigation, afin d’offrir au lecteur une experience de consultation unique. Elle est un bon moyen de faciliter l’ajout de commentaires et de remettre le ‘lecteur’ au centre de l’expérience.
  • Chaque web-feuilleton dispose de sa propre url et un sous-domaine. Cela est necessaire quand on sait que les webdoc sont disponibles au format flash, un format pas idéal niveau SEO. Lorsque l’on connait l’état du débat sur le Flash/html5 à l’arrivée des tablettes Apple en France, on peut se dire que Flash a encore quelques beaux jours devant lui. Le fait qu’il sera possible de bidouiller le flash pour le transformer en application iPad empêche une profonde remise en question, pourtant nécessaire..
  • Vu la fréquence de mise à jour des productions (certaines sont des feuilletons s’étalant sur 3 mois), le flux RSS pour chaque webdoc est d’une réelle utilité. Imaginer d’autre méthodes d’alertes de mise à jour (email pour les plus gâteux) n’aurait pas été de trop.
  • La question du débit : Ce genre d’experience n’est possible qu’à partir de l’ADSL. Je fais la fine bouche, me direz-vous, mais c’est le genre de mention qu’on verra très certainement apparaitre je l’espère.
  • La question du modèle économique n’est visiblement pas un problème, et le choix de ne pas afficher de format publicitaire classique est un réel plaisir. Cela laisse supposer que si publicité il y aura, elle se trouvera ailleurs  (le webdocu sponsorisé par un annonceur?).

J’espère que vous irez vous faire une idée sur webdocs.arte.tv, et lire vos avis sur vos sites respectifs ou ci-dessous !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *