Archives par mot-clé : documentary

The Most Northern Place

Pour démarrer la semaine, je vous invite à prendre dix minutes et parcourir la superbe expérience du webdoc « The Most Northern Place ». Il a été réalisé dans le cadre d’une opération transmedia, avec la diffusion d’un documentaire TV, par l’agence Unit9.

Il décrit la nouvelle vie des autochtones de Thulé, contrainte au déménagement pendant l’installation d’une base américaine au Groënland, en pleine guerre froide.

Sur le site, il est possible de parcourir quelques écrans pour explorer les paysages désolés et vides. Continuer la lecture de The Most Northern Place

Paroles de conflits

Depuis mars 2010, le journaliste reporter multimédia Raphaël Beaugrand sillonne l’Eurasie à vélo. Depuis son départ de Paris, il à été possible, en léger différé, de suivre ses péripéties sur webdocu.fr (anciennement linterview.fr) ainsi que sur la page Facebook Paroles de conflits.

Première rencontre

J’avais pu faire connaissance de Raphaël lors de ma collaboration pour le site internet du Point, en 2008. Nous anticipions l’arrivée d’un journalisme d’un genre nouveau, moins textuel et plus visuel. Il n’en fallait pas davantage pour que Raphaël manifeste son voeu d’aller sur le terrain. Il resta difficile d’organiser une rédaction internet dans ce sens, avec 10 journalistes web souvent bien plus appliqués à mettre du contenu facile à indexer sur les moteurs de recherche afin de maximiser l’audience du jeune site. Les occasions de mettre une vidéo auto-produite sur le site du Point.fr se faisaient donc plutôt rares, bien qu’elles aient toutes été couronnées de succès, avec des vidéos à forte visibilité. Raphaël n’en démord pas, sa patience et son insistance seront récompensées.

Son voeu fut donc exaucé un an plus tard, avec cette opportunité de créer son web-documentaire. Mais avec plus d’une centaine de témoignages de victimes de conflits armés ou idéologiques, l’équipe réalise qu’une grande quantité d’informations conviendrait mieux pour un format de documentaire vidéo plus classique. Le web-documentaire en prend un peu pour son grade, mais qu’importe : le plus important ici est de réaliser à quel point il est reste important de penser à plusieurs formats au lieu d’un seul.

J’ai pu partir à sa rencontre ce weekend à Xi’an, dans la province du Shaanxi. Morceaux choisis de notre rencontre.

L’après Hiroshima

Alors que son trajet arrive bientôt à son terme, viendra un long travail pour Raphaël, l’équipe de production FatCat Films (avec Pierre Zandrowicz et Antoine Cayrol) et Mediastroika (avec Grégory Dominé). Au programme de ces prochains mois : traduction et montage. Est prévu pour 2011 la sortie du site internet vidéo dédié, qui présentera cartes, photos et récits que nous vous présenterons ici.. Viendra aussi le temps de réfléchir à une possible distribution de contenus exclusif pour un média : Site d’information traditionnel, pur player, ou encore chaine de télévision… toutes les possibilités sont envisagées pour trouver le meilleur moyer de monétiser le documentaire. En attendant, le projet est co-financé par amis, fans ou autres journalistes… et par tous ceux et celles qui veulent soutenir le projet.

Pour en savoir plus :
➜ Paroles de Conflits : Galerie photos de l’étape à Xi’an (Flickr)
➜ Paroles de Conflits : Exemple de crowdfunding appliqué au journalisme (Owni)
➜ Paroles de Conflits : Le blog (Webdocu.fr)

Arte Webdocs

Le site d’Arte Webdocs va, je l’espère, réussir son pari. L’enjeu ne concerne pas seulement Arte. Le principal enjeu : mieux intégrer et valoriser les web-documentaires sur les sites d’informations et ainsi générer une nouvelle et importante source d’audience sur ces sites. La direction artistique est réalisée par la webagency Upian (Sebastien Brothier), la réalisation de Thibaut Lion et la gestion du projet a été confiée à Marie Chevalier. Fidèle à l’aperçu à J-10, la capture du site prise ce matin.

Arte-Webdocs-20100223

En ligne également, le web-documentaire consacré à Havana et Miami. Ici, l’interface permettant de réagir et d’ajouter de contenus. Tout en couleurs et en contrastes !

arte-webdocs-interface-com

L’idée est ‘simple’ : il s’agit d’éditorialiser et d’organiser une base de documentaires multimedias (essentiellement vidéos) avec du texte enrichi, au travers d’articles rédigés par Arte. Le tout avec une mise en avant de sélections de vidéo, de classement et de commentaires via les plateformes sociales comme Twitter.

Les codes graphiques (par Karim Moreau et Eric Drier de Upian) reprennent un player vidéo géant (avec une large format pour le webdoc du moment), suivi d’un déroulé d’articles plus classiques. Il y a encore quelques petits détails qui me chiffonnent (petit jeu : parviendrez-vous à trouver l’annonce du webdoc « Gaza-Sderot » ?), mais dans l’ensemble je ne cacherai pas que c’est une belle réussite et que les gros écueils ont été évités.

Quelques particularités et mes ‘bons points’ au niveau des web-feuilletons :

  • Chaque web-documentaire dispose d’une élégante interface de consultation/navigation, afin d’offrir au lecteur une experience de consultation unique. Elle est un bon moyen de faciliter l’ajout de commentaires et de remettre le ‘lecteur’ au centre de l’expérience.
  • Chaque web-feuilleton dispose de sa propre url et un sous-domaine. Cela est necessaire quand on sait que les webdoc sont disponibles au format flash, un format pas idéal niveau SEO. Lorsque l’on connait l’état du débat sur le Flash/html5 à l’arrivée des tablettes Apple en France, on peut se dire que Flash a encore quelques beaux jours devant lui. Le fait qu’il sera possible de bidouiller le flash pour le transformer en application iPad empêche une profonde remise en question, pourtant nécessaire..
  • Vu la fréquence de mise à jour des productions (certaines sont des feuilletons s’étalant sur 3 mois), le flux RSS pour chaque webdoc est d’une réelle utilité. Imaginer d’autre méthodes d’alertes de mise à jour (email pour les plus gâteux) n’aurait pas été de trop.
  • La question du débit : Ce genre d’experience n’est possible qu’à partir de l’ADSL. Je fais la fine bouche, me direz-vous, mais c’est le genre de mention qu’on verra très certainement apparaitre je l’espère.
  • La question du modèle économique n’est visiblement pas un problème, et le choix de ne pas afficher de format publicitaire classique est un réel plaisir. Cela laisse supposer que si publicité il y aura, elle se trouvera ailleurs  (le webdocu sponsorisé par un annonceur?).

J’espère que vous irez vous faire une idée sur webdocs.arte.tv, et lire vos avis sur vos sites respectifs ou ci-dessous !