Archives par mot-clé : medias

Quartz 3.0

On m’a encore récemment demandé quelle était mon app iPhone favorite pour lire l’actualité. Et d’admettre que la plupart des apps y sont installées essentiellement pour les notifications, seul flux accessible en Chine: par exemple, les contenus des applications iOS le Monde New York Times sont bloquées en Chine.

J’ai récemment pris le coup de coeur des pure players qui spécialisent leur thématiques de manière claire (Slate, Eon Magazine, ou encore Good). Parmi mes préférés: Quartz ou qz.com. Le site prend le parti, et ce depuis ses débuts, de mettre en avant la plateforme mobile, et ce.. sans utiliser la moindre app, et opte pour une version responsive particulièrement travaillée.

Quartz opère sa deuxième refonte. Quartz explique que la refonte inclus l’ajout d’une homepage éditorialisée, et ce malgré que le site n’a jamais cru aux longues listes de contenus. Besoin d’audience supplémentaire? Possible. Le site souhaite convaincre ses lecteurs et les marques que la qualité et la rareté des contenus intrusifs iront de pair. Les annonceurs ne sont pas mis au placard, mais vont disposer d’espaces plus immersifs.

Une épure visuelle qui ferait plaisir à voir chez nos chers medias français.

Sous le header minimal et l’immense photo de une, quelques gros plans sur la section de la homepage intitulée « The Brief », qui prend le parti de presenter une nouvelle en 2 ou 3 phrases courtes, accompagnées de liens. L’équivalent de 3 a 4 tweets rassemblées.

The Brief. Notez que c'est la seule zone du site qui comporte la présence d'un annonceur.
The Brief. Notez que c’est la seule zone du site qui comporte la présence d’un annonceur.

Dans les articles, une navigation facile d’accès et réactive. Je vous ai capturé un exemple de parcours utilisateur dans la vidéo ci-dessous:

La version desktop du site est réussie meme si on ressent facilement que la refonte du site cible avant tout les mobiles.

Avec une seule colonne, le site démontre qu'aucun compromis a été pris pour mettre des batons dans les roues des utilisateurs. Seule obligation: scroller ou utiliser la navigation des menus.
Avec une seule colonne, le site démontre qu’aucun compromis a été pris pour mettre des batons dans les roues des utilisateurs. Seule obligation: scroller ou utiliser la navigation des menus.

Force est de constater que les choix de la simplification de la mise en page des sites d’information vont de l’avant. Avec de tels parti pris, je ne peux souhaiter que bonne continuation à Quartz!

Los Angeles Times 2014 redesign

Une refonte efficace et complète pour le Los Angeles Times, LA Times pour les intimes. Elle a été réalisée par les talentueux designers de Code and Theory, qui n’en sont pas a leur premier coup d’essai.

Homepage du LA Times (2014).
Homepage du LA Times (2014).

Vous qui recherchez la colonne publicitaire, l’espace sponsorisé, vous risquez d’être décus. Tout ces espaces ont littéralement fondu dans le décor, et fait place devant l’intelligence d’une mise en page résolument simplifiée. Car au delà des nécessités de l’utilisateur moderne (responsive design), ainsi que celles qui rendent le site simplement élégant (une typographie particulièrement travaillée), le site a fait un gros efforts de nettoyage et de suppression de tout le superflu en terme de gestion, mais aussi d’affichage et de transition du contenu: le concept de page et sa problématique rupture (lors du chargement, mais pas seulement) disparaissent.

Le pitch est simple: Si le LA Times produit du contenu, l’utilisateur se l’approprie, et le parcoure comme s’il s’agissait du sien. Comme bon le lui semble.

Les videos, signées LA Times, qui fait sa promo:


La navigation par rubrique, qui s’affiche en toute circonstance, sans s’imposer. L’architecture d’information, par rubriques, est le reflet d’une organisation interne conçue pour produire du contenu. Chaque rédaction produit du contenu pour ‘sa’ rubrique. Le problème, c’est que pendant longtemps, les sites de presse ont trop misé sur ces onglets pour afficher d’autres type d’informations, plus commerciales. Plus que jamais, le lecteur a besoin de ce repère, mais le passage d’une rubrique à l’autre ne doit plus rompre l’experience de lecture.


Le chargement des photos en grand format, pour naviguer en mode visuel, pour les détesteurs de chapeaux d’articles.


Pour les twittos, des fonctions de partage qui vous mache le travail, tout en vous laissant le controle. Cela parait si simple… pourtant si éloigné de la plupart des comportements de boutons de partage.


Les galeries ont toujours été l’obsession des marketeux. Source de pages vues? Marketing enrichi? que nenni! Ici les images défilent intuitivement, comme si l’on parcourait ses propres photos sur sa tablette.


La bonne vieille liste d’articles en relation (comme vous en trouverez en bas de ce post) commence a sentir le moisi. Si un article vous plait, un clic sur l’onglet ‘related’ et, surprise…

Le modèle économique? un modèle qui se tourne vers le payant, avec une offre a environ 50 dollars US par an.

Bim.

Front row to fashion week

Esthétique et efficace, la nouvelle interface de visualisation des différents défilés de mode lors de la Fashion Week de New York. Réalisée par Mike Bostock, le créateur de nombreuses visualisations pour le site du New York Times a choisi d’apporter un nouveau regard sur les photos de défilé. Continuer la lecture de Front row to fashion week

Paroles de conflits

Depuis mars 2010, le journaliste reporter multimédia Raphaël Beaugrand sillonne l’Eurasie à vélo. Depuis son départ de Paris, il à été possible, en léger différé, de suivre ses péripéties sur webdocu.fr (anciennement linterview.fr) ainsi que sur la page Facebook Paroles de conflits.

Première rencontre

J’avais pu faire connaissance de Raphaël lors de ma collaboration pour le site internet du Point, en 2008. Nous anticipions l’arrivée d’un journalisme d’un genre nouveau, moins textuel et plus visuel. Il n’en fallait pas davantage pour que Raphaël manifeste son voeu d’aller sur le terrain. Il resta difficile d’organiser une rédaction internet dans ce sens, avec 10 journalistes web souvent bien plus appliqués à mettre du contenu facile à indexer sur les moteurs de recherche afin de maximiser l’audience du jeune site. Les occasions de mettre une vidéo auto-produite sur le site du Point.fr se faisaient donc plutôt rares, bien qu’elles aient toutes été couronnées de succès, avec des vidéos à forte visibilité. Raphaël n’en démord pas, sa patience et son insistance seront récompensées.

Son voeu fut donc exaucé un an plus tard, avec cette opportunité de créer son web-documentaire. Mais avec plus d’une centaine de témoignages de victimes de conflits armés ou idéologiques, l’équipe réalise qu’une grande quantité d’informations conviendrait mieux pour un format de documentaire vidéo plus classique. Le web-documentaire en prend un peu pour son grade, mais qu’importe : le plus important ici est de réaliser à quel point il est reste important de penser à plusieurs formats au lieu d’un seul.

J’ai pu partir à sa rencontre ce weekend à Xi’an, dans la province du Shaanxi. Morceaux choisis de notre rencontre.

L’après Hiroshima

Alors que son trajet arrive bientôt à son terme, viendra un long travail pour Raphaël, l’équipe de production FatCat Films (avec Pierre Zandrowicz et Antoine Cayrol) et Mediastroika (avec Grégory Dominé). Au programme de ces prochains mois : traduction et montage. Est prévu pour 2011 la sortie du site internet vidéo dédié, qui présentera cartes, photos et récits que nous vous présenterons ici.. Viendra aussi le temps de réfléchir à une possible distribution de contenus exclusif pour un média : Site d’information traditionnel, pur player, ou encore chaine de télévision… toutes les possibilités sont envisagées pour trouver le meilleur moyer de monétiser le documentaire. En attendant, le projet est co-financé par amis, fans ou autres journalistes… et par tous ceux et celles qui veulent soutenir le projet.

Pour en savoir plus :
➜ Paroles de Conflits : Galerie photos de l’étape à Xi’an (Flickr)
➜ Paroles de Conflits : Exemple de crowdfunding appliqué au journalisme (Owni)
➜ Paroles de Conflits : Le blog (Webdocu.fr)

Infographies web

J’ai depuis un moment adoré le travail des infographistes web. Parmi ceux qui sont passé de ce qu’on appelait ‘le coté obscur’ (du print au web), citons Xaquín González, rédacteur en chef au département des infographies au New York Times.

nytimes

Récemment interviewvé sur le blog 233grados, on y lisait, notamment quelques phrases qui m’ont bien plu :

  • « L’important dans une infographie est ce qu’elle raconte, et non son impact visuel »
  • « Les infographies ne sont pas ‘commandées’ (…). Toute le problème était de savoir qui avait la capacité de prendre la décision de traiter un sujet avec l’infographie. C’est pourquoi nous avons des infographistes éditeurs, et non des ‘infographistes’. C’est une décision par et pour le journalisme. »
  • « Selon le directeur de la rédaction (Berke), « quelques uns des meilleurs journalistes du New York Times sont au service des infographies. »

En gros, on a vu un regain d’intérêt pour l’infographie dans le monde du media en ligne, et la question posée… et chez nous en France ?

Quelques acteurs dominent le marché et ‘servent’ des infographies (de presse) comme une agence de presse servirait des dépeches, ou une agence photo, des collections de clichés : IDé Wag, AFPGraphicNews.. et d’autres multitudes.

hope

Que pourrions-nous voir ces prochains mois/années ?
Plus d’acteurs, des agences qui proposent de travailler exclusivement « à la carte » pour un client et pour des réalisations non issues du print — des créations jamais importées de projets initialement destinés au print puis ‘convertis’ au support web.
Plus d’internalisation ou de coopérations entre medias afin de mettre à profit leur données pour la production d’infographies sur des sujets spéciaux.
Plus d’infographies sur des sujets chauds, se comportant dynamiquement en étant connectées sur des bases de données. Aujourd’hui cela existe déjà, mais essentiellement sur les contenus prévisibles, tels que les évenements sportifs, les résultats d’élections.
Les données ne viennent pas uniquement de sources gouvernementales mais incluent des informations générées par les internautes (de manière à représenter un ‘bruit’). L’exemple parfait de ce concept ne se résume bien souvent qu’aux rudimentaires graphiques de résultats de sondages sur les sites d’infos.

Le discours actuel des acteurs et son évolution possible ?
Aujourd’hui : Nous disposons de données et nous vous partageons nos résultats sous un format figé.
Demain : Donnez-nous vos données, et utilisez-là comme vous, ou vos lecteurs en déciderez.

Ya t-il des obstacles au développement de l’information visuelle ?
400-graphics-news-french-mediaCulturels ? N’avons-nous pas quelques freins culturels et intellectuels vis-à-vis des l’infographies (‘on tente de me convaincre avec moins de mots, avec trop de facilité, donc je bloque et je me méfie’) ?
Economiques ? La production d’infographies coûte-elle trop cher par manque de process de création/validation dans une rédaction web, par rapport au cout d’entretien et de mise à jour des données de celle-ci ?
Structurels ? Nécessite-elle une adaptation des organisation des rédactions, avec des équipes de journalistes analystes, statisticiens, ou documentalistes ?

Pour finir, plus haut, un exemple de boulot d’infographie urgente réalisé, il y a quelques années de cela pour lefigaro.fr. De l’eau a coulé sous le ponts, depuis, Google earth/maps suffit souvent aux journalistes pour produire leur infographies.

Brand Vs. Channel

Tout commence avec l’apparition des résultats sur Electron Libre, hier jeudi, avec un classement de l’audience des sites d’information en décembre 2008 (en milliers) :

  1. 1. LeFigaro.fr : 5 732
  2. 2. Lequipe.fr : 4 243
  3. 3. LeMonde.fr : 3 878
  4. 4. Lexpress.fr : 3 798
  5. 5. NouvelObs.com : 3 146

statistique-audience-figaro-nielsen-decembre-2009

3 questions/debats possibles :

L’apparition d’une longue traîne de médias.
Le Figaro prend le large, lemonde.fr perd une fois encore la manche, une « belle raclée ». Grosse remontée pour Lexpress.fr. Dans le classement ‘News’, Lequipe.fr ‘pèse’ 4 milions de VU. Comme dirait un collègue, « c’est la vie, c’est le football ». Si lepost.fr fait autant parler de lui ces derniers jours, c’est bien la preuve que la longue traîne d’outsiders, et de nouveaux entrants pure players (Rue89) se livrent, eux aussi à leur manière, une compétition féroce pour entrer dans le carré d’as. 

Brand Vs. Channel.
L’autre débat concerne celui de l’intérêt (ou non) de regrouper ses chaînes en une seule marque (ou pas).

3e débat : celui de l’intéret de mettre ces chiffres en animation, le tout dans une ambiance baléarienne…. :)

[qt:blog/wp-content/uploads/presse-lefigaro-audience-nielsen-decembre-2009.mov 680 383]

Sources : Electron Libre, Nielsen//Netratings, et la belle musique signée par le groupe Beach House