Positively Melancholy

Bonne année à tous, depuis Shanghai.

Ça fait un moment qu’on a rien posté sur Gabyu. Beaucoup de projets à entamer pour 2011, dont la creation de la structure de design 960dots. Ce blog continue a partager des liens, mais, avouons-le, plus dans un plaisir d’archivage et de sélection que du simple partage de liens. Twitter permet vraiment de faire de belles découvertes de designers.

Pour commencer l’année je voulais partager cette adresse Positively Melancholy, le magazine mode urbaine réalisé par Stephanie Lynn. Elle y prépare ses looks, qu’elle choisit et photographie. La réalisation est impeccable et les détails ne manquent pas pour vous faire passer un moment agréable.

On a particulièrement aimé la sélection de vidéo, avec les crochets en guise de flèche de navigation (voir ci-dessous).

La tendance pour ces sites n’est plus seulement de presenter les produits, mais aussi de faciliter la vente. C’est ce que prouve l’ouverture de sa boutique.

La tendance à suivre concerne les sites/blogs magazines individuels qui élargissent encore plus sur les thématiques, comme food/design ?

Hi-Res!

Retour sur cette agence institution, Hi-Res!, qui vient de mettre à jour leur site et leur portfolio, afin de prouver que nos allemands favoris Alexandra Jugovic et Florian Schmitt restent bien une source d’inspiration importante pour la génération de designers qui ont contribué à l’arrivée du web, depuis 1999 à aujourd’hui. Ils n’ont rien renié de leur vision du web qui consiste à immerger l’utilisateur dans une ambience prenante (Soulbath, Requiem for a Dream).

On y note tout ce qui représente la tendance de création des agences internationales, à savoir la réalisation d’identités et d’applications online/mobile, comme pour le projet Thinking Space réalisé pour the Economist. Mon autre coup de coeur de ce portfolio concerne … le rebranding de leur propre identité réalisé cette année.

Bonne (re)découverte !

Gawker Redesign

Retour rapide sur le redesign de Gawker, site d’information pure player couvrant l’actualité gadget, gossip, ou actualité génerale en rapport avec internet. Comme beaucoup de ses concurrents, il s’est d’abord monté en incarnant l’univers des blogs. Désormais, il souhaite quitter cet sphère pour intégrer la sphère applicative qui permet au contenu d’être plus modulaire et perméable aux autres flux tels que Facebook ou Twitter.

Le site s’apparente désormais davantage à un flux de contenu personnalisable, qui conserve une sidebar de type blog, qui permet au lecteur de rester dans un environnement de lecture simplifié, confortable. Deux modes de lectures sont possibles: Le mode « Splash », ou la homepage du site est éditorialisée dans une présentation de type magazine, et un mode « Flux » ou les articles les plus récents apparaissent en haut de page.

On peut expliquer quelques raisons qui ont justifié ce changement.

  • Lors de l’annonce du prototype d’iPhone 4, la rédaction a du stopper la publication de nouveau contenus afin de laisser le ranking important à ce scoop. Le système de publication et de ranking au format blog est donc encore bien trop restrictif.
  • Le site intègre de plus en plus de contenus interactifs ou vidéo (flash ou autre) qui ont besoin de beaucoup, beaucoup d’espace sur l’écran et qui génèrent l’essentiel du trafic du site. Maintenir le colonnage d’un format blog limite ces affichages.
  • Le problème du manque de personnalité du site. Comme partout, les contenus mis en ligne par ces medias sont reprises par d’autres acteurs. Pour captiver le lecteur de ce site, il faut désormais offrir une mise en écrin des contenus. Cela consiste finalement à déployer des formats de plus importants dès la homepage.
  • Le problème de la cohérence et de la gestion des sites. La mise à jour concerne l’ensemble des sites de Gawker: Gizmodo, Lifehacker. Il apparait désormais possible de démultiplier le trafic des sites en apportant, dans chacun d’entre eux, une partie du contenu des autres sites.

D’autres explications de ces changements sont introduites dans un post intitulé « Bienvenue sur le nouveau Gawker ».

Christoph Niemann


Christoph Niemann contribue a la réalisation d’un guide intitulé « 20 Things I Learned about Browsers and the Web« . Cet illustrateur s’est plusieurs fois remarqué pour ses travaux pour les blogs du NY Times, ou encore le détournements des cartes Google.
Revenons au sujet du livre en lui-même: L’équipe de Google Chrome tente, après Micorosft (comme ici avec Never Mind the Bullets), de convaincre les developpeurs d’adopter les fonctions avancées de l’HTML5. Mais il va, selon moi, bien au delà, car il tente ici de faire bouger les lignes au niveau des utilisateurs eux-mêmes, en les convaincant d’installer des navigateurs modernes et d’abandonner les technologies obsolètes. Le second message induit, reste évidemment que l’expérience de lecture de livre peut se faire sans App. Le résultat ? tout à fait remarquable en terme d’experience, et vous invite à y aller voir vous même.

Hakim El Hattab

Il le fait pour le fun, et il le fait sans objectif de dénigrer Flash. Et pourtant, l’effet premier de ces animations est de mesurer toute la potentialité de ce qui devient progressivement le standard web. Hakim El Hattab, developpeur interactif chez l’agence f-i.com réalise ce que Josh Davis commencait à réaliser avec Flash il ya déjà dix ans de cela.

Les expérimentations d’Hakim portent sur le mouvement de la souris (Sinuous, Particles), l’affichage de flux de données (Wave) ou des effets de magnétisme.

Avec ces annonces de web en phase de déclin, on pourrait croire que l’HTML5 n’arrive juste pas un peu trop tard. Faux, il est déjà adopté par les autres devices comme iPhone iPad et j’en passe.

Voir toutes les expérimentations sur le site d’Hakim El Hattab (la page d’accueil n’est pas mal non plus).

MAG+

Je reviens sur l’événement vidéo de la fin de la semaine dernière, le concept des laboratoires R&D de Bonnier qui tente d’élaborer un alter-ego électronique du media traditionnel print, du livre au magazine principalement.

Car quasiment unanimement, les acteurs du secteurs sont d’accord, personne n’était encore allé aussi loin dans l’efficacité optimale de la consultation, avec de vrais efforts en terme d’ergonomie. Alors que c’était tout naturellement que j’avais foncé vers l’écoute musicale en ligne ou par un lecteur MP3 il y a 10 ans, personnellement, j’ai encore des réticences à abandonner un magazine que je tiens en main plutôt qu’un Nook ou une sorte de Kindle noir et blanc.

Cela dit, le concept présenté donc ici est proche d’être le candidat idéal qui puisse me faire changer d’avis. La raison est simple, c’est qu’ici, on repense aussi l’idée même du magazine. Et il était temps ! Comme pas mal de monde, je vais regarder avec intérêt la sortie de l’espèce d’Apple tablet qui est prévue pour l’année prochaine.

TeuxDeux

Travailler tout en restant organisé… Pour tenter une approche pratique et rendre la notion du temps plus concrète, il a fallu inventer les RTT, les GANTT et les PERT, ou les Google Calendar. Je ne sais pas vous, mais j’ai une relation avec le temps assez difficile.. je n’aime pas ces outils qui sont des carcans cérébraux plutôt qu’autre chose. Le temps est une contrainte nécessaire, pourquoi lui donner un aspect diabolique ?

J’aime bien TeuxDeux.com, un outil conçue by Swissmiss, une agence New Yorkaise, et batie par Fictive Kin et de fervents fan de la grille de mise en page.

teux-deux

L’outil est concu pour vous permettre d’écrire une information qui vous passe par la tete. Attention, si vous etes comme moi, cela veut dire que cette information ne va durer que quelques secondes dans votre tete, au dela, il sera trop tard. Il faut donc une interface conçue pour vous ‘libérer’ l’esprit, en un instant. Vient la deuxième étape, la lecture du calendrier. Car c’est fort inutile de vider ses pensées si vous n’allez pas ensuite les relire. Et là, tout reste encore absolument élégant et reposant. Vous vous sentirez capable de réaliser ce que vous pensez. C’est pour cela que j’adore cet outil.

Ce qu’il est :

  • Un pense bete,
  • Une simplicité enfantine,
  • Une mise en page sublime,
  • Un voyage paisible dans le temps.

Ce qu’il n’est pas :

  • Un nieme réseau social,
  • Un outil de gestion collaborative (à moins bien sur que vous partagiez le meme mot de passe),
  • Une interface qui pose de questions,

Ce qu’il me rappelle :

  • Oddpost, un client de messagerie qui fut simple, d’une élégance certaine.

J’ai donné mes impressions, à vous de donner les votres.

Twitter : @FictiveCameron

Cartagen

Nous étions déjà très enthousiastes au sujet de l’HTML 5, avec les récentes expérimentations réalisées en HTML 5, que moult projets d’applications étaient en cours d’achèvement. J’ai choisi de vous présenter Cartagen, car il me parait ambitieux.

Cartagen fait partie de ces applications qui se chargent sans avoir besoin d’un quelconque plugin. Ce framework permet d’afficher des cartes vectorielles en HTML 5. Écrit en Javascript, il utilise la fonction Canvas qui permet de charger des données de cartes depuis de nombreuses sources. L’affichage utilise une feuille de style géographique, (GSS), qui contient, en plus des informations de style, des spécifications de géolocalisation. Rien de vous empêche donc de modifier les données, ou le style, et d’afficher un rendu immédiatement.

Exemple ici avec une carte de Paris et de Rome, avec les données de OpenStreetMap

paris

roma

Un exemple plus ludique, celui d’afficher une carte de Londres avec une feuille de style inspirée des maps de Mulgore dans World of Warcraft !

wow-london

Un autre exemple concret de l’usage de Cartagen est celui d’afficher un fil d’actualité sur une carte, en temps réel.

cartagen-newsflow-live

cartagen-newsflow-live-nyt

Le site officiel donne toutes les informations nécessaires pour installer et utiliser le framework immédiatement. Le blog Unterbahn donne plus d’informations sur Jeffrey Warren, l’auteur de l’application Cartagen.

Le Blogzine

the-death-of-the-blog-postJe reprends, traduit (en raccourcissant parfois, je l’admets) et présente la vision synthétique de Paddy Donnelly, qui présente, sur l’incontournable Smashing magazine, 3 designers web qui tentent de sortir de la masse de blogs, en créant des blogs avec des posts au design unique, avec le concept de Blogazine, que je traduirais volontiers en ‘Blogzine’, contraction de blog et de magazine.

L’un des billets les plus importants de l’année : The Death of the Boring blog post ?

C’est une grosse claque ! Le billet original est en lui-même d’une élégance et d’efficacité incroyables, certains designers parlent déjà en commentaire du billet de l’année 2009. Je ne peux pas m’empêcher d’imaginer ce concept appliqué pour un média au contenu froid, voire même chaud ! Bon, on en reparlera certainement.

Soyons honnêtes, les billets classiques sont ennuyeux.

Hormis le texte et les images, chaque billet a généralement la même apparence. On constate peu d’originalité d’un billet à l’autre. Bien évidemment, la cohérence et l’identité d’une marque sont des aspects essentiels lorsque l’on conçoit le design visuel d’un site ou d’un blog. Mais que dire de son individualité ? Est ce si logique de penser qu’un billet consacré aux chatons devrait respecter la même charte graphique que celui consacré aux Hacks CSS ?

Trop facile ?

L’utilisation et d’installation d’un thème WordPress sont devenues si aisées, si intuitives, qu’il ne suffit que de quelques minutes pour donner vie à un site. Est-ce devenu justement trop facile ? Surtout si l’on compare cette facilité avec les heures d’efforts qu’un maquettiste print va mettre afin de créer une mise en page intelligente. Quelques designers ont décidé de rompre la monotonie du monde du blog.

Ils n’utilisent pas les thèmes standard de WordPress ou tenter de les remixer, histoire de rendre leur vie plus facile. Au lieu de cela, ils se sont donné pour objectif de créer du contenu, non seulement textuel, mais visuel, pour chaque billet. C’est peut être la nouvelle manière de s’amuser en mettant à jour son blog. Mais pourquoi cette tendance de combiner un billet avec un article de magazine, le « Blogazine », n’a pas encore totalement conquis les masses de blogueurs ?

Une tendance encore bien discrète

Employer le mot « tendance » fait déjà trembler nombre de designers, qui ont déjà entendu parler de ce terme lorsque les boutons glossy, avec des reflets et des ombres portées ont fait leur apparition. Mais la tendance du Blogzine pourrait se présenter autrement, pour plusieurs raisons. Concevoir une mise en page créative pour chaque billet, en fonction de son contenu, demande un certain nombre de compétences, de la patience, une certain engagement vis à vis du contenu, et, le plus important, un effort certain de la part du designer web !

Les Pionniers

Jason Santa MariaJason Santa Maria est l’une des personnes ayant porté l’innovation de ce type de blogs et qui a crée des billet aux designs individuels depuis juin 2008. Avec un background en print, Jason a eu la vision de créer un blog dans le style d’un magazine, plutôt que de suivre les règles établies dans le design de blog.

« Oui, c’est une sorte de redesign, je considère que c’est surtout une manière de repenser le site » ~ Jason Santa Maria

Les billets de Jason sont fascinants et couvrent une large gamme de sujets, comme le design, la typographie, les livres, la photographie et le cinéma. Les différences dans le design visuels sont parfois de subtils changements dans la typographie employée, mais qui donne, pour chaque message, un sens unique et qui n’aurait jamais pu apparaitre s’il avait été uniformisé avec le reste des billets. Parfois, les changements apportés sont radicaux, tous se rapportent au style de Jason. Le header et le footer sont eux homogènes, mais même sans les voir, vous pouvez deviner que le billet provient de son blog.

« Nous avons vu tant d’avancées dans la manière de publier du contenu, que nous avons pas pris le temps de regarder en arrière pour observer ce que nous créions réellement. Beaucoup de designers ont vu des barrières fortes entre le design print et web, et j’ai vraiment souhaité remettre en question cette séparation. » ~ Jason Santa Maria

dustin1Dustin Curtis. Son initiative est devenu connue, suite à l’un de ses billets, une lettre ouverte sur le redesign du site d’American Airlines, dans laquelle il proposait un redesign en profondeur du site internet, ainsi que de repenser l’expérience utilisateur. Les autres articles de Dustin, sur son blog, sont tout aussi fascinants.

Grégory Wood est un webdesigner chez Erskine Design et a crée son site comme une expérimentation en DA. En se retenant d’utiliser un thème existant, Greg a crée un site magnifiquement réalisé, utilisant des thèmes personnalisés pour chaque billet. Voir sa page d’explication de son blog.

Est ce que le web en temps réel à provoqué l’émergence du blogzine ?

Twitter, Posterous, Flickr, Facebook, l’iPhone et les innombrables actress services ont permis de créer un gouffre entre l’information instantanée et atomistique d’un billet élaboré et sophistiqué. (Micropost Vs. Macropost).

Le bon moment pour les macro-billets de briller

Les billets longs avec du contenu à valeur ajoutée ne pourront pas obtenir la reconnaissance qu’ils méritent, parceque les 140 signes que le microblogging ont habitué une lecture rapide d’un billet. En utilisant la technique du blogzine, il est possible de créer l’attention pour lire davantage.

greg_work

Relier les deux mondes

Nous ne savons pas encore sur l’avenir du blog, mais le micro-blogging va encore l’influencer. Les blogzines devront offrir des appels de lecture courts et proposer une lecture progressive d’articles de journaux et de magazines. On pourrait ainsi créer un pot entre l’article traditionnel et la photo TwitPic.

Pour quels types de sites le format blogzine pourrait-il fonctionner ?

  • Les portfolios : Plutot que de créer un portfolio uniforme, pourquoi ne pas créer un portfolio qui présenterait chaque collaboration au sein d’un habillage différent pour chaque client, projet ?
  • E-Commerce : La plupart des sites de commerce en ligne utilise le meme système de présentation : vignette en grille, page de description, paiement. Ce système a l’avantage d’être bon pour l’usabilité, mais il y a un petit vide à combler entre la lecture rapide et le design visuel. Peut être que de subtils changements dans l’habillage pourraient créer la différence et rendre le site plus distinguable ?
  • Les blogs ‘peu bavards’ : Les bloggeurs manquent parfois de motivation pour maintenir leur site à jour. Pourtant, sept articles publiés sans conviction ne valent pas un billet bien conçu et avec un design unique. Et même si les lecteurs RSS ne vont pas toujours exploiter vos design, vos articles auront la possibilité de faire ressortir votre billet parmi la jungle des autres blogs.

Regardons ce que Jason, Dustin et Greg ont réalisé : Ils ne blogguent pas souvent, parfois qu’une fois par semaine, ou par mois. Mais la qualité de leur billet est toujours ce qui en ressort.